mardi 5 mars 2013

… Et surtout dans l’envie de parler d’audace ! (Merci Sessi H. pour cet article)



Trop de temps entre le premier post et celui-ci, je sais. Je savourais juste ces mots qui lancent mon année de « prise-définition »…
J’ai photographié cette photo ce matin dans le métro. Ça m’a plus fait penser à tous les gens qui se bagarrent bec et ongles pour rester sur leur trône.
Trône de…quoi ? Bêtise, obscurité, illusions, mensonges ? Goujaterie, méchanceté, idiotie ? Arrogance, mesquinerie, commérages ?
Un trône du vice devient très vite en effet un trône des « waters », ça donne juste pas envie. Le gouvernail de la gouvernance s’en va tout chancelant ! 

  

Bon l’audace. Laissons-là la photo qui parle d’elle-même…
Une amie a parlé d’un article sur l’audace que je trouve très pertinent. C’est la chose, à mon humble avis, qui peut bien matcher avec un règne, un pouvoir, une assise…
C’est une qualité qui fait souvent défaut. On la définit comme étant « une tendance à oser », « une qualité de l’âme, qui incite à accomplir des actions difficiles, à prendre des risques pour réussir une entreprise considérée comme impossible ».

Mais en quoi peut-elle véritablement changer une vie, l’audace ?

« Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. »
Johann Wolfgang von Goethe

Ce qu’on aimerait être ou faire dépend de notre niveau d’audace. Nos aspirations sont souvent étouffées par le manque de courage. On doute, on se trouve des excuses et on préfère fuir. Tant de personnes regrettent de ne pas avoir appris à jouer d’un instrument de musique, à chanter, à faire du théâtre ou lancer leur entreprise !
Avoir de l’ambition mais sans être audacieux est le meilleur moyen de vivre une vie de frustration.
Un entrepreneur a tout intérêt à être audacieux. On dit que la chance sourit aux audacieux mais encore faut-il avoir l’audace de la provoquer ! Car l’audace est un véritable aimant à opportunités et, même si vous avez trouvé le cran de créer votre entreprise, saisir certaines occasions vous demanderont du courage.

Mais concrètement que signifie être audacieux ?

« L’audace réussit à ceux qui savent profiter des occasions. »
Marcel Proust

Être audacieux ne signifie pas forcément foncer tête baissée sans réfléchir.
Tout comme rouler à 200km/h en contre-sens sur l’autoroute n’est pas de l’audace mais de l’inconscience, créer une société sur un coup de tête ou aller voir un client sans être préparé est suicidaire.
Une personne audacieuse cesse de se poser des questions inutiles et ne craint pas de sortir de sa zone de confort. 
Elle ne s’arrête pas au regard des autres ou au jugement que l’on porte sur elle, ni à la peur de ce que certains considèrent comme un risque le fait d’essuyer un refus, de se faire rembarrer ou de 
« déranger ».

Une personne audacieuse adhère à cette citation de Prosper Jolyot de Crébillon que :
« Le succès fut toujours un enfant de l’audace ».

J’ai rencontré des entrepreneurs et des commerciaux qui transforment tout ce qu’ils touchent en…plomb ! Le téléphone devient trop lourd pour être décroché et les portes pour être poussées (j’avoue avoir souffert de ce syndrome…). Tout leur semble si pesant qu’ils hésitent, alors qu’il n’y a aucune raison valable, de saisir de superbes occasions de faire croître leur business.

Certaines situations demandent plus d’audace que d’autres. Notamment lorsqu’il s’agit d’une situation peu habituelle… Imaginons que vous soyez un jeune entrepreneur et que, lors d’une soirée, vous remarquiez un important homme d’affaires. Qu’est-ce qui vous empêcherait d’aller poliment demander de l’aide ? C’est bien souvent cette petite voix intérieure qui vous tourmente : «  Tu vas te faire jeter ! » « Attend, tu ne vas pas aller le déranger ! » « Et s’il te dit non ? » «  Et s’il trouve ton projet ridicule ? »
« D’ailleurs tu es sûr que ton projet soit intéressant ? ». Le temps de prêter attention à ces arguments sans fondements que votre opportunité vient de s’éclipser pour rentrer chez elle.

Mais alors comment devenir audacieux ?

« Si vous ne risquez rien, vous risquez encore plus. »
Erica Jong

Je vous rassure, l’audace est rarement une qualité innée et en avoir n’empêche pas de ressentir de l’appréhension mais permet de la dépasser. Pour ma part, lorsque j’ai débuté dans la vente, j’étais terrorisé par la prospection. J’avais l’impression de gêner, de ne pas être à ma place et au moindre refus, je me sentais découragé. Je vous assure que de démarcher des clients à contrecœur et d’entendre « non » cinquante fois de suite a fortement tendance à miner le moral ! Comment ce sentiment a-t-il disparu ?
C’est un excellent manager (j’avoue avoir eu de la chance parce que ça devient malheureusement rare…) qui m’a fait prendre conscience d’une chose importante.
Ce n’était pas uniquement la prospection qui me terrifiait mais le fait d’essuyer un refus et de percevoir comme un échec ce qui n’en était pas un.
Car l’audace est le jeu le plus équitable qui soit puisqu’être audacieux c’est se donner une chance d’être gagnant sans jamais pouvoir perdre. La seule chose que vous risquez c’est d’obtenir ce que vous désirez.
Si je vais voir mon patron pour demander une augmentation, qu’est-ce que je risque ? De l’obtenir. Au pire, je garde le même salaire. Et si j’appelle ce client que je redoute tant, je prends uniquement le risque de conclure une vente.
Vous recherchez des fonds pour votre entreprise et appréhendez de présenter votre business plan aux investisseurs ? A part réussir votre levée de fonds, je ne vois pas ce que vous pourriez perdre.

Le fait de se prendre trop au sérieux ou de manquer d’humour empêche d’être audacieux. (J’adore !!)
On attache une telle importance à notre image que l’on interprète un refus ou un objectif manqué comme un échec honteux.
En étant prêt à rire d’une situation n’ayant pas pris la tournure que vous auriez désiré, vous l’accepterez facilement. Et tout comme un basketteur ne réussit pas à tous les coups un panier, votre audace ne fera pas mouche à chaque fois.
Mais dans tous les cas, vous risquerez uniquement de marquer des points.

1 commentaire:

  1. Merci de partager cet article Bibish ! Très pertinant et bon à lire. Je corrige : même à re-lire (je l'ajoute à mes devoirs dès maintenant ;) ).

    RépondreSupprimer