mercredi 5 mars 2014

Du quid Immigration versus Expatriation


Désolée de ce si long silence !

J’avais préparé ce post sur ma perception des termes immigration versus expatriation et je vais développer plus loin. J’ai juste besoin de m’arrêter très vite et passer sur le tollé mondial et international sur comment Yoweri promulgue ses lois anti gay et le silence mondial et international sur comment le viol sévit impunément au Congo Démocratique depuis plus de 15 ans avec des victimes dénombrées quotidiennement… C’est là qu’on constate la ligne, c’est dire que sur terre il y a des femmes et il y a des hommes, mais pas des Humains, n’est-ce pas, pour que chaque « groupement » puisse parler des choses qui touchent un côté comme un autre selon qu’on se sent solidaire ou pas ? C’est cela mon questionnement : qu’est-ce qui nous pousse à dénoncer, réagir, est-ce la solidarité, la rage, la colère, la justice, l’égalité, la fraternité… l’humanité ?

On vit dans quel monde-là ? Faudrait-il que ce ne soit que des femmes connues et écoutées mondialement et internationalement qui nous poussent à l’action par rapport au viol à l’Est du Congo… ? Si Michelle Obama, Angela Merkel ou Beyonce en parlaient, peut-être que… Ou alors, on pourrait « imaginer »… Tout le monde aime sa mère j’imagine, et si jamais y en a qui les aime pas – ç’arrive des fois – alors on a bien une femme de sa vie ou deux ou trois… Eh bien, « imaginer » cette femme se faire sauvagement violer par un de ces messieurs sauveurs ou vengeurs ou investisseurs, que sais-je ? On n’a pas besoin d’être nécessairement une femme pour comprendre cette violence-là si on a une mère, une sœur, une meilleure amie, une cousine, une voisine. Et on n’a pas besoin d’avoir des intérêts ou de la famille là-bas pour réagir activement à cette situation. Je ne sais pas. J’ai beau retourner cela dans mon petit cerveau et faire courir mon Hamster mental, je ne comprends pas comment par exemple on peut être à l’aise de penser aux prochaines échéances électorales de 2016, de constituer une nouvelle commission électorale avec pourtant la même direction… à toujours faire les mêmes choses, il n y a pas à s’étonner d’avoir exactement les mêmes résultats !


Deuxième petit arrêt avant immigration versus expatriation : 12 ans d’esclavage…

Je sors du film et… qu’est-ce qu’on vient de loin ! Roots ou Racines avec Kunta Kinté était déjà allé encore plus profond dans le cynisme de cette invention incroyable qu’est la traite des Noirs. Dans la rue, ou c’est possible de respirer normalement après ce film, savoir qu’il y a des Michael Jordan, Lupita Nyongo, Jazzy, Obama, ou ma mère qui marchent, votent, promulguent des lois ou composent des tubes swinguant, ça m’a donné un sourire moins crispé même si le fouet est toujours là, sous d’autres formes… Si, si.

Ah oui, la prochaine fois je mettrais des extraits du petit livret que m’a offert ma mère : « Réflexions sur la vie quotidienne » de Jean-Pierre Marin, il y en a 900 mais je vais faire une belle sélection. Un petit aperçu ? « Le désir stimule les passions, tandis que la volonté, elle, entraîne toute la personnalité »…

Donc, immigration versus expatriation, c’est cela.

C’est ce que j’avais mis sur Google recherche et… rien !

Toutes les premières pages sont des explications en anglais, rien en français. Alors dans ce que j’ai compris, en voulant connaître la différence, l’immigrant « son intention est de rester, résider », l’expatrié – communément appelé expat, d’abord son intention n’est pas mentionné ensuite quand on essaie, ce n’est pas clair.

Ils disent en anglais about expratriate, it’s someone living in a foreign land… and an immigrant, it’s a person who comes to a country to take permanent residence.

Vous y comprenez quelque chose ?

Pour moi, langue de bois, pas autre chose. Plus loin, ils osent une explication… L’immigrant veut une nouvelle vie ailleurs parce qu’il ne reviendra plus chez lui, tandis que l’expat a en mémoire son chez lui. La grosse différence serait donc le choix de partir, de bouger pour l’expat. Lol. Plus loin encore, j’ai alors lu la perception des indiens en Grande-Bretagne qu’on a toujours classés « Immigrants » pourtant ils contribuent à l’économie locale, ne prennent rien et créent même de l’emploi. Exactement comme les British en Espagne mais qui se font désigner eux-mêmes comme des « Expatriés » et pas autre chose. Et l’article de conclure que le terme expat est un cachet de supériorité réservé à ceux qui ont le bon passeport…  On ne va pas parler de couleur là, hein, ça va faire tâche, en plein 21e siècle…

Le meilleur raccourci serait qu’on est immigrant quand on part du sud vers le nord, et expat quand on part du nord vers le sud, point barre. That’s it !

C’est un des fouets modernes pour tous les Kunta Kinté de cette époque-ci. Soit on donne son dos ou soit on résiste par l’éducation permanente. C’est du boulot et c’est comme ça. En tout cas, moi je suis une expat en résidence qui a toutes les combinaisons possibles de choix, surtout celui de partir ou de rester. Tous ceux qui s’installent ne sont pas des profiteurs du système, y en a pas mal qui enrichissent le Québec, pas mal ! Et tout le monde est venu de quelque part, en bateau, en avion, en train, à pied, à dos d’âne, volontairement ou par hasard, on vient tous de quelque part sauf les natifs, les Premières Nations…

On se souvient de Chimamanda Ngozi ? Son must pour moi reste la prise de parole sur « le danger de l’histoire unique » !

2 commentaires:

  1. Quand on change l'angle de vue les mots paraissent différents... mais avec le même fond.
    L'immigré vient du sud et l'expatrié du nord. Bravo Tantine

    RépondreSupprimer
  2. Un message de ma copine Édith qu'elle m'encourage à partager :

    Coucou ma belle,

    un petit message rapide, ça fait un moment que je n’ai pas eu de tes nouvelles. J’espère que tu vas bien. Des déplacements en vu?

    J’ai vu ton dernier article sur ton blog, du coup voilà un lien vers un article sur immigré – expatrié

    http://www.slateafrique.com/1473/cote-d%E2%80%99ivoire-touche-pas-mon-expat%E2%80%99.

    Gros bisous

    RépondreSupprimer