mardi 6 janvier 2015

De parler d’engagement et de sourire des évidences…


Encore une nouvelle année, c’est-à-dire un autre pas vers la mort, sans panique. Encore une fois se pose la question d’héritage…

Qu’est-ce que je lègue, à qui ?

Serait-ce ma plume, mon caractère ou mon physique ? Serait-ce mes idéaux, mes perceptions, mes livres, mes rêves ?

Mon engagement.

Engagement étant mon mot de l’année. Vous savez, le niveau au-dessus de décisions, c’est cela ! Et c’est d’abord un engagement de foi. Continuer de croire que Dieu existe et m’engager à marcher avec lui et le laisser faire dans les champs de mines de colère et de rage qu’il m’arrive de traverser.

Engagement politique vis-à-vis de l’État congolais en continuant de suivre son parcours. Actuellement le feuilleton Katumbi dans le royaume du Katanga est très intéressant…

Vis-à-vis du Québec qui ne cesse de me surprendre d’ailleurs par le tempérament bien tranquille et baba cool de ses habitants… La révolution française qu’on se tuait à nous enseigner à l’école nous disait que les émeutes sont parties de l’augmentation ô combien poussiéreuse du prix du pain… Ici, la carte de transport mensuelle est passée à 82$ canadiens dans le silence national du monde préoccupé par le froid, les tempêtes de neige et les pluies verglaçantes… Oui, mais, oh ! De 79,50$ à 82, il a bien dû se passer quelque chose qui puisse s’expliquer ? Et encore que moi, je débarque dans le pays de Harper – ouais bientôt je ne dirais plus ça, les années passent hein – imaginez les gens qui ont connu cette « passe » du titre de transport à… 20$... ?

Je délire peut-être, mais une façon de dire qu’il y a ici beaucoup de gentils citoyens. Les mêmes qui ne savent pas d’ailleurs que des sociétés minières canadiennes pompent un peu partout dans le monde des minerais à ne pas savoir quoi en faire… Un peu comme un athlète qui veut rattraper sa course. Eh oui, quand l’Europe valsait ses pas de colonisation en Afrique et se partageait les pays comme des parts de gâteau, ben le Canada, il n’était pas là, ou plutôt occupé à « évangéliser » les autochtones dans une autre colonisation… alors faut bien rattraper ses retards hein.

Engagement à garder le sourire… C’est un choix stratégique de bien-être !

 
J’ai lu le Top Chrétien du début d’année dont le titre est « l’année ou vous allez faire un pas en avant.
 

« Quelqu'un a dit que la médiocrité est le meilleur du pire et le pire du meilleur ; est-ce cela que vous voulez pour cette année ? Si la réponse est non, vous aurez besoin de quitter le confort de votre situation actuelle pour aller là où Dieu veut vous conduire.

En entrant dans cette nouvelle année, faites une pause et considérez les bienfaits de Dieu.

Après une nuit de pêche sans rien prendre, Jésus a dit à Pierre : “Avance en eau profonde, et jetez vos filets pour pêcher.” En d'autres termes, quittez la sécurité de la rive et soyez prêt à affronter la fureur de la tempête tout en sachant que Dieu est avec vous.

Helen Keller, qui a été confrontée à d'incroyables défis, a dit : “La sécurité est un mythe : si nous ne la possédons pas, c'est tout simplement parce qu'elle n'existe pas. Vouloir éviter un danger ou un échec n'apporte pas plus de sécurité à long terme que celui de prendre des risques. La vie est une aventure audacieuse ou n'est rien du tout.”
 

Faire un pas en avant signifie : avoir des objectifs, établir une stratégie pour les atteindre et devenir responsable de ses choix ; cela demande d'être en harmonie avec la volonté de Dieu, savoir affronter ses peurs pour découvrir les récompenses qui se trouvent de l'autre côté ; cela exige aussi de pouvoir se regarder dans une glace pour garder ou modifier ce que l'on est devenu ; enfin, cela implique de consacrer sa vie à quelque chose de plus grand que soi, même lorsque les autres ne comprennent pas ce que vous faites. »

  

Une bonne année à chacun et chacune !