lundi 16 février 2015

Des choses qui se passent « au pays »…


Le capitalisme y règne !
Avec toutes ses tentacules et dans sa version tropicalisée…

Il était une fois le pouvoir.
Il était une fois des frontières, un pays, des taxis, des terrasses.
Il était une fois des hommes.
Il était une fois la coupe d’Afrique des Nations… Lol. Cette partie est la plus intéressante, et c’est le plus interpellant : voir comment en une rencontre sportive de football, une population a montré qu’elle n’oublie pas, qu’elle n’est pas conne et que cette mémoire-là est la plus dangereuse car elle s’insinue et s’installe !

J’ai pu constater l’expansion d’une certaine jetset kinoise assez particulière : les privilégiés qui gravitent autour des gens autour des gens du pouvoir. C’est long comme chemin, mais ça fait la job parce que les privilèges, les faveurs sont là. C’est le plus important dans un environnement ou chaque jour est une lutte.

On aime ça, des portes qui s’ouvrent...

Des fois elles ferment d’autres. Celles de l’amitié, celle de l’intégrité, celle de la solidarité, celle de la respectabilité, celle de la fraternité.
Ce sont les conséquences de nos choix, même si on a tendance à ne pas le voir d’emblée. On préfère alors fermer les yeux et croire que demain ça va aller…
Tss, tss, choisir et assumer, ça va ensemble, chacun connaissant ses motivations.

Et donc, certains avaient choisi le sénat, d’autres le parlement, d’autres la gestion publique d’entreprises, ou encore la course ministérielle. Pour quelques-uns c’était être autour de Kamerhe, ou Moïse; rester fidèle à Bemba, graver les échelons à la mouvance présidentielle, etc. Le bombardement médiatique de certains transfuges d’un camp pour un autre, passant d’une déclaration à une autre me rappelle un peu les musiciens qui quittent chez Koffi Olomide pour aller chez JB ou qui vont de chez Wazekwa à Koffi. Ça devient comme des pièces de théâtre à 10 épisodes avec des rebondissements incroyables !

C’est cela qui me sidère.

Les motivations sont personnelles et silencieuses, les choix sont un tantinet tapageur et les conséquences, wow, « population botalela nga likambo oyo »… Et là, on retourne dans le lingala kinois en omettant volontairement faveurs et privilèges reçus et en voulant embarquer la masse dans un truc qu’on est seul à comprendre.

On pensait là-bas que la masse est toujours malléable et manipulable. Surtout une masse branchée sur la bière, les églises et la galère. Mais contre toute attente, la masse a dit basta ! Et en janvier dernier c’est parti un peu en couille dans la ville jusqu’à ce jour où certaines personnes sont privées d’internet dans ce village planétaire.

Au départ, un mot d'ordre de l'opposition. Au final, plus personne ne contrôle plus rien. Ni les opposants, ni le pouvoir non plus, la masse se dirigeait toute seule et bataillait avec les policiers. Ils ont tiré sur la population. Ils en ont tué quelques-uns, mais à un moment donné quand la masse s'est ruée sur la police, elle a détalé...
Un même scénario dans quelques 5 villes comme ça, Kinshasa, Goma, Bukavu, Lubumbashi, Mbuji-Mayi.

Une masse débile disait-on...

Qui a supporté une équipe de foot - à organiser et à entrainer comme il faut avec les moyens nécessaires dans l’année… au lieu de toujours attendre la coupe d’Afrique ou autre rencontre à l’international - et qui a dansé lors de la victoire contre le Congo voisin en souvenir de la fameuse « gifle des aînés »…

La mémoire est une chose fracassante, on ne joue pas avec...

La masse.
Elle a mis le feu dans les rues, barricadés les artères principales pour que personne n'aille travailler, elle a pillé les magasins qui avaient osé ouvrir. Des magasins chinois, qui réclament des dédommagements aujourd'hui. Des magasins aux noms congolais et experts en petit commerce... La masse a répondu que les investisseurs ne viennent pas investir dans la petite et moyenne entreprise comme c'est le cas avec les chinois...

Drôle de masse idiote quand même...
Elle a l'air d'avoir de la jugeote !

Alors la seule chose intelligente à faire c’était… couper internet sur toute l'étendue du territoire pour empêcher la masse de communiquer et se coordonner, déjouer ainsi des « manigances de déstabilisation de l’ordre ». Résultat des courses, toute l'économie était par terre, nationale, internationale, les transactions, les entreprises personnelles de minerais, d'agroalimentaire, tout, par terre.
Du coup, on a remis la connexion, mais seulement dans les entreprises en affirmant que ça met du temps !

C'est calme actuellement, mais c'est toujours tendu, la question des élections étant toujours présente : comment, quand, qui se présente, partira-partira pas, et Moïse, et Kamerhe, et Bemba, et Kengo, peut-être un illustre et parfait inconnu, etc.  

Le beau clin d'œil que la masse a reçu avec le sourire je le disais: la victoire, dans le cadre des éliminatoires de la coupe d'Afrique, du Congo Démocratique sur le Congo voisin, un score de 4-2... Et là, la masse a ressorti un vieux dossier, celui du Mbata ya ba kolo - la gifle des aînés - que le Congo voisin avait lancé en chassant des congolais démocratiques qui comme les chinois aujourd'hui, géraient le petit commerce à Brazzaville et faisaient des mécontents et des jaloux ! Pour la masse, le 4-2 est le vrai Mbata ya ba kolo.

C’est un raccourci que je prends pour expliquer cette étape, j’en avais déjà parlé lors d’un post précédent.

La culture de la revendication est légitime. C’est un fait.           

Il est supposé avoir des élections présidentielles fin 2016. C’est un fait.

Le recensement de la population ne peut pas être un préalable pour l’organisation desdits élections – les 2 précédentes ayant été organisées malgré ce détail. C’est un fait.

Le capitalisme bat son plein chez les sénateurs et des putes du parlement – oh, des députés. C’est un fait.

Qu’est-ce qui va se passer ?

Wait and see.

 

 

2 commentaires:

  1. je viens de vous decouvrir aujourd'hui et pour etre sincere , vous vallez bien la peine d'etre lus !
    la version congolaise de Robin Sharma, Dr. Murphy ou Ekhart.......thumbs up my dear !

    RépondreSupprimer
  2. je viens de vous decouvrir aujourd'hui et pour etre sincere , vous vallez bien la peine d'etre lus !
    la version congolaise de Robin Sharma, Dr. Murphy ou Ekhart.......thumbs up my dear !

    RépondreSupprimer